Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Les Eco-Games, leur genèse, leurs principes d'organisation, leur déroulement, et les perspectives novatrices qu'ils offrent au sport et aux sportifs.

> Les principes d'organisation des Eco-Games

 


Les Eco-Games ne possèdent

– par essence et par conviction –

pas de Cahier des charges spécifique d’organisation.


Ils s’appuient sur un certain nombre de

principes qui déclinent l’« esprit » des Jeux.


Les voici présentés dans ces lignes, de manière épurée.

 

 

1- C’est l’environnement (physique et humain) qui définit les pratiques au programme des Eco-Games et

non l’inverse

L’environnement se prête ou non « naturellement » à la pratique d’une activité, cette pratique doit « découler » du site qui l’accueille, s’y inscrire harmonieusement. Les Eco-Games se refusent ainsi à modifier, adapter, formater, transfigurer un site dans la perspective d’accueillir une pratique sportive, quelle qu’elle soit.

 

2- Les Eco-Games s’inscrivent en rupture avec les pratiques instituées

De manière à proposer aux participants une expérience inédite, originale, unique, les distances et formats des épreuves au programme diffèrent systématiquement des normes et références fédérales, et sont renouvelés en profondeur chaque année. Dans cette perspective, de nouvelles pratiques sont également susceptibles d’être inventées.

 

3- Les Eco-Games relativisent la performance, qui ne peut être une fin en soi

Le culte de la performance génère une hiérarchie verticale qui met en lumières les exploits de quelques-uns et relaie au second plan les accomplissements du plus grand nombre. De plus, la performance (métrée, chronométrée) ne peut résumer à elle seule l’immense richesse des pratiques et des aspirations des pratiquants engagés dans l’effort physique, qu’il soit compétitif ou non. Les Eco-Games proposent un panel de pratiques dans lesquelles la performance est relativisée au profit de l’épanouissement de celui qui l’accomplit et de l’environnement qui la génère. Ainsi, certaines épreuves ne donneront lieu ni à des classements, ni à un chronométrage. Et les remises (éventuelles) de récompenses relativiseront les victoires en les replaçant dans leur contexte, partagé identiquement par tous les participants.

 

4- Les pratiques des Eco-Games sont systématiquement aménagées  pour les rendre accessibles à tous

Les distances et formats proposés permettent à tous les publics, même peu ou pas sportifs, d’ « entrer en pratique » et d’y éprouver du plaisir, tout en permettant aux participants les plus compétitifs d’exprimer pleinement leurs qualités. L’organisation des Eco-Games fait en sorte qu’aucune « condition d’accès à la pratique » (critère de qualification, temps de référence, niveau technique, etc.) ne vienne entraver la participation de chacun. Seules des raisons liées à la sécurité des participants ou à la protection de l’environnement local pourraient être de nature à limiter leur participation.

 

5- L’organisation des Eco-Games est foncièrement minimaliste

L’ensemble de l’organisation est pensée à partir du principe de « réduction à la source » : aucune structure artificielle (tribune, portique, etc.) n’est érigée sur les sites des Eco-Games ; électronique et haute technologie sont systématiquement refoulées ; et les pratiques sont épurées au maximum, comme un poème abouti l’est des mots et de toute ponctuation inutiles.

 

6- L’organisation des Eco-Games se veut éco-responsable

La préparation et le déroulement des Eco-Games s’inscrivent dans une perspective de développement durable, ces Jeux prennent appui sur une analyse en profondeur des composantes environnementale, sociale et économique de l’écosystème local : transports non motorisés/polluants ; évaluation de l’empreinte sportive laissée par les participants sur les sites de pratique ; gestion des déchets ; retombées  et bénéfices sociaux et économiques pour les populations locales, etc.

 

7- Les Eco-Games proposent un programme extra-sportif tourné vers l’environnement et le développement durable

Les Eco-Games donnent systématiquement lieu à la mise sur pied d’un programme d’activités extra-sportives permettant de mieux appréhender les logiques et problématiques environnementales et de développement durable : séminaires et conférences, expositions, activités de découverte de l’environnement, opérations de nettoyage, rencontre avec les représentants d’associations et ONGs locales luttant pour un avenir meilleur pour notre Planète, etc.

 

8- Le mode d’organisation et de déroulement des Eco-Games vise à responsabiliser les pratiquants

Les Eco-Games s’inscrivent dans une logique participative, en incitant notamment les participants à aider à l’organisation et à l’encadrement des épreuves – voire à participer au processus de décision concernant le déroulement même des Eco-Games –, à contribuer à la collecte et à la distribution d’équipements sportifs au bénéfice de populations locales sans ressources, à s’engager dans les programmes de nettoyage de l’environnement local support des Jeux, etc. Les organisateurs des Eco-Games veulent faire prendre conscience aux acteurs gravitant autour de tout événement sportif traditionnel (pratiquant, organisateur, spectateur, arbitre, sponsor, etc.) qu’ils portent tous et à tout moment une part de responsabilité dans la réussite ou l’échec de cet événement. Aux antipodes des divisions et cloisonnements observées traditionnellement dans le sport, les Eco-Games visent à rapprocher et à unir ces acteurs autour du projet sportif humaniste que constitue ces Jeux : décompartimenter pour responsabiliser.

 

9- Les Eco-Games ne sont pas inféodés à la logique économique

Conscients qu'une partie des maux dont souffre le sport aujourd’hui est due à l’oppressante omniprésence de l’argent qui pèse sur tous les acteurs du système sportif et les écrase, et de manière à conserver leur indépendance et liberté de penser et d’agir, les concepteurs des Eco-Games refusent les partenariats commerciaux qui s’inscrivent dans la logique implacable du « retour sur investissement » ; refusent de rétribuer les médias pour que ceux-ci communiquent sur les Jeux ; n’offrent aucune grille de prix ni prime de départ pour stimuler la participation des sportifs professionnels ; privilégient le troc au numéraire ; etc.

 

10- Les Eco-Games sont conçus pour être essaimés sur tous les continents et dans tous les pays comme modèle alternatif d’organisation et de pratique du sport

Les Eco-Games ont été conçus pour profiter à tous, et être organisés partout, notamment là où les grandes instances internationales, organisateurs et investisseurs du sport ne veulent pas se commettre, parce que la région, le pays ou la zone ne bénéficient pas d’une assise et d’un soutien économique et/ou politique suffisant pour être rentables à leurs yeux. Le sport appartient à tous, et tous doivent pouvoir tirer les bénéfices de sa pratique et de son organisation. C’est à cette mission humaniste que les Eco-Games œuvrent.